Galerie d'art des collines

22 juin 2022

Dès le 2 juillet (vernissage) DESS(E)IN... et le 17 septembre Cécile MIGUEL qui a exposé avec Picasso et Miro en son temps.

 

 

José HUBERT et Brigitte DEBAY ont le plaisir de vous inviter au vernissage - cocktail de l’exposition : 

« Dess(e)in»

Académie des Beaux-Arts de Châtelet

Atelier de dessin

le samedi le 02 juillet 2022 de 17  à 20 h. présentation à 18 h.

02/07/2022– 23/07/2022

Ouvert les samedis et dimanches de 14 h. à 17 h., ainsi que sur rendez-vous : 

GALERIE des COLLINES

P1180370 (7)

79 rue du Moulin – 5680 Vaucelles (Doische, Givet)

00 32 496 952 413    hubertjose2004@yahoo.fr  http://www.galeriedescollineshubert.com

Avec le soutien de l’ASBL La Joncquière

Dès le samedi 02 juillet (vernissage de 17 à 20 h.),  la Galerie des Collines de Vaucelles  http://www.galeriedescollineshubert.com, présente  une sélection de dessins des élèves de l’atelier de dessin de l’Académie des Beaux-Arts de Châtelet qu’anime Brigitte Debay.

De la diversité, de l’éclectisme autour de l’attrait pour le dessin : pour chaque protagoniste, des intentions singulières, un dessein créatif personnalisé.

De la technique : utilisation adaptée de la mine de plomb, encre de chine, fusain, pastel, aquarelle, gouache, acrylique…

Des expressions graphiques multiformes sur le chemin qui conduit, pour certains, à la gravure et à la peinture.

Se pencher sur des créations dessinées, c’est faire honneur à la singularité, la diversité, l'éclectisme à travers un acte d'expression de base élargissant les mouvements spontanés des membres pour découvrir l’environnement : le dessin exprime un constat, un sentiment, une rencontre, une intention, un désir, un dessein... d'existence singulière.

Découvrir cette exposition de l’atelier de dessin de l’Académie des Beaux-Arts de Châtelet, c’est aussi accepté d’être confronté à un miroir, à des projections personnelles.

Une œuvre majeure de Marcello Vindis (2020) réalisée au fusain sur papier canson, marouflé dans un deuxième temps sur panneau  dont l’ensemble de 2 m 50 x 3 m 19 impressionne par son équilibre, sa lumière, son foisonnement de détails, ne pourra laisser insensible à divers vécus singuliers constatés pendant le confinement… n’est-il pas utile d’en tirer un enseignement majeur sur ce qui persistera à être considéré comme essentiel dans l’avenir pour les uns et les autres ?

a20220622_111914 (3)

 

n20220626_113307 (2)

n20220626_113504 (3)

n20220626_113513 (3)

 

n20220626_113604 (2)

 

n20220626_113627 (2)

k20220610_155509 (2)

k20220610_155629 (3)

k20220610_155659 (2)

k20220610_155744 (2)

k20220610_173734 (2)

aEXPOSITION_Aca_Ch_telet_d_finitif

Posté par josehubert à 14:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 juin 2022

L'ATTRAIT DU DESSIN, vernissage le samedi 02 juillet

Les travaux dans la rue de la Galerie des Collines sont terminés.
Nos activités artistiques reprennent :
Vernissage le samedi 02 juillet de l’exposition :
DESS(E)INS... L’ATTRAIT du DESSIN. Atelier dessin de l’Académie des Beaux-Arts de Châtelet.
Le samedi 17 septembre
"Cécile Miguel, l'éternelle insoumise", amie de Françoise Gilot, la femme de Picasso qui a réalisé son portrait à plusieurs reprises.
dessins, collages, peintures

 

 

20220619_173659 (2)

Posté par josehubert à 00:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2022

Cécile Miguel en septembre.

Bonjour.

Vu les travaux dans la rue du Moulin, la Galerie est momentanément fermée pour les expos. Elle est ouverte sur RDV (00 32 496952413) pour des demandes spécifiques. Nous préparons les prochaines expos dont celle de Cécile Miguel en septembre. Elle a côtoyé Picasso et son épouse Françoise Gilot et a été exposée avec lui et Miro en son temps à Lucerne. Une artiste oubliée que des proches font redécouvrir dans une exposition exceptionnelle d’œuvres de la période "Monsieur-Madame". Photos© issues de la brochure de présentation : "Cécile Miguel, une vie oubliée".

20220417_123109 (2)

Cécile Miguel 7-262431

Miguel 1987 © (44)

 

Photo© 1987. 

Miguel peinture 60x95

20220417_123109 (2)

20220417_123215 (2)

Posté par josehubert à 13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2022

HOMMAGE A Marc HUBERT, ce 25 mars 2022.

HOMMAGE A Marc HUBERT, ce 25 mars 2022.
Un grand merci aux amis et connaissances qui sont venus découvrir un aspect peu connu de l’œuvre de Marc : les toiles, grand format, créées tout en mouvement lors de « Live painting » pendant les concerts du groupe Sokkyou en 2011 et 2012.
Le vécu de H. M. : « Quelle merveilleuse époque, que de belles réalisations !
Marc a été un propulseur de nos inspirations... la création était au centre de toutes ses pensées et rejaillissait sur nous tous, autour de lui : sur moi bien sûr, mais aussi sur Alice (de Sokkyou), sur Jacques, Savinien, etc. avec qui nous avons créé un collectif (Confessionnal week end slap).
La peinture...mais, en effet, aussi la musique, la performance, et puis, la poésie, plein de poésies !
Merci pour ces souvenirs précieux ! »
L’exposition sera visible pendant un mois sur rendez-vous 0496 952 413.
Depuis ce 25 mars, les 347 et 349 rue Brigade Piron à Montignies-sur-Sambre sont devenus les numéros de l’Espace MH 75, Espace d’expression et d’exposition Marc Hubert ouvert à toutes demandes fondées.

Marc Aline Tarttaglia 277222364_10227819957587003_5161505405517312695_n

 

Photo Pierre Kahn ©
Il y a trois ans un piéton lucide, courageux et persévérant, qui voyageait entre deux rives, de jour… et aussi de nuit, est passé de l’autre côté, « de celui des ondes » auxquelles tout un chacun peut rester connecté en toute liberté.
De son corps léger et affaibli qui était devenu trop lourd à porter, à supporter, lui, tout en ondes et ondulations comme il savait le représenter, s’est envolé, espérant que le virus arrêterait un jour de ronger les humains et de les décapiter de leurs cultures singulières.
Le piéton de Marc Hubert, un être fragile, fragilisé, un cherchant, espérant, sans être dupe, à un autre monde, celui de « l’être » grandi par des liens humains en lieu et place à celui de « l’avoir » destructeur, au présent, du passé, faisant vivre anticipativement le futur, la peur au ventre.
« Le capitalisme est un virus.
Il a cette capacité à s’introduire dans un corps et à le contaminer jusqu’à ce que ce corps disparaisse. C’est ce que le capitalisme a fait avec la terre depuis l’époque moderne ».
Pierre Lemaître, prix Goncourt.
« Je crois qu'on peut changer le monde;
du moins, en tout cas, je crois qu'on doit s'obliger à le croire.
Leila Slimani, prix Goncourt.
Le capitalisme tue les cultures (œuvre de Marc HUBERT, Musée des Beaux-Arts de Charleroi). Le piéton tient en mains sa partie culture dont il a été décapité. C'est déjà le cas dans la vie quotidienne et cela s'accentue en période de crise. Churchill doit se débattre dans sa tombe, lui qui disait que le sens de la guerre 40-45 c'était de maintenir vivante notre culture par rapport à celle que voulait imposer l'envahisseur de l'époque.

20220324_082501 (2)

20220324_082746 (2)

20220324_083209 (2)

Posté par josehubert à 09:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2022

Hommage à Marc HUBERT ce 25 mars à Montignies-sur-Sambre

Ce samedi 26 mars la galerie des collines sera fermée.

Ouverture dimanche de 14 à 17 h.

Hommage à Marc HUBERT ce 25 mars à Montignies-sur-Sambre

 

20220308_101234 (2)

Posté par josehubert à 00:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 mars 2022

La télévision et son regard sur l'expo : "Des dieux au Dieu"

REPORTAGE TV sur Boukè (canal C).
Christianisme, judaïsme et l'islam : La galerie des Collines, à Vaucelles, dans la commune de Doische, propose une exposition sur ces trois religions monothéistes. Dans cette exposition, des artistes ont apporté leur vision des cultes.
Cliquer sur le lien :

 

Posté par josehubert à 09:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2022

A partir du 19 février 2022 EXPOSITION DES DIEUX AU DIEU

EXPOSITION
DES DIEUX AU DIEU
pour un questionnement ouvert
Collaboration avec le Musée du Malgré-Tout pour le prêt des panneaux didactiques
et…
des sculptures, peintures, gravures exposées
Marie-Cécile Clause, Daniel Fauville, Marc Hubert, François Huon, Jacques Jauniaux, Sébastien Laurent,
Gustave Marchoul, Léon Wuidar...
qui remuent les tabous et idées préconçues
A partir du samedi 19 février ( vernissage) jusqu’au 20 mars
les samedis et dimanches de 14 à 17 h et sur RDV dès le 07/03,
ASBL La Joncqière hubertjose2004@yahoo.fr

20220207_123115 (2)

20220203_165409 (2)

20220207_113924 (2)

20220203_170205 (2)

 
Grâce à 16 panneaux pédagogiques présentés par le Musée du Malgré-Tout, l’exposition "Des dieux au Dieu" retrace l'histoire de l'émergence des trois grands monothéismes actuels, le Judaïsme, le Christianisme et l'Islam, en les remettant dans leur contexte historique mais également archéologique. 

Bien évidemment les artistes ne sont pas oubliés ; leur rapport à la vie est toujours susceptible de nous éclairer, voire de nous réveiller, raison pour laquelle certains ont investi notre lieu d’expression, de rencontre et d’échange, notamment, jusqu'à présent, Marie-Cécile Clause, Daniel Fauville, Marc Hubert, François Huon, Jacques Jauniaux, Sébastien Laurent, Gustave Marchoul, Léon Wuidar.

N.B. Présentation à partir du texte réalisé lors de l’exposition au Musée du Malgré-Tout de Treignes de mai à novembre 2019.

Un livre de 152 pages abondamment illustré, Editions du CEDARC 2019, sera disponible au prix de 15 € ( il peut être réservé au plus vite).

 
Image au centre de l'affiche tirée de la couverture du catalogue et de l’affiche de l’exposition créée
au Musée du Malgré-tout à Treignes, Marie Gillard.

20220129_153606 (2)

e20220128_111528 (3)


20220124_112921 (2)

20220124_112702 (2)

20220124_112800 (2)

 

Un livre de 152 pages à vendre au bénéfice du Musée du Malgré-Tout, 15 €.

20220118_143956 (2)

 

Livre de 152 pages richement documenté

20220118_155834 (2)

Posté par josehubert à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2021

Silvia VAINBERG invitée Marie-Cécile CLAUSE 27 novembre 2021 – 16 janvier 2022

Silvia VAINBERG 

INVITEE

 Marie-Cécile CLAUSE

27 novembre 2021 – 16 janvier 2022

Vernissage le 27 novembre de 16 h. 30 à 20 h. présentation à 18 h.

le week-end de 14 à 17 h. et sur rendez-vous à partir du 20 décembre

ASBL La Joncquière  http://www.galeriedescollineshubert.com, hubertjose2004@yahoo.fr   00 32 496 952 413

IMG_3760 (2)

IMG_3759 (2)

IMG_3724 (2)

IMG_3738 (2)

Silvia Vainberg, huile sur toile, 100 x 80 cm

Marie-Cécile Clause,monotype,  impression sur papier 10 x 10 cm

Silvia Vainberg, huile sur toile, 80 x 100 cm

Marie-Cécile Clause,monotype,  impression sur papier 10 x 10 cm

Silvia Vainberg, huile sur toile, 80 x 80 cm

 

Marie-Cécile Clause, série livres d'artiste.

 Silvia VAINBERG

Danseuse, poète, artiste plasticienne

Buenos Aires, Argentine

L’artiste présente des peintures à l’huile sur toile et des dessins à l’encre de chine sur papier.

Silvia VAINBERG suit une formation de danseuse à l’Ecole de Théâtre Colón à Buenos Aires.  Elle travaille avec plusieurs chorégraphes dont les Amis de la Danse, le Ballet général San Martin, puis se lance elle-même dans une carrière de chorégraphe et de professeur de danse.

Parallèlement à des études d’architecture, elle explore d’autres disciplines comme la peinture, le dessin, la poésie et la cérémonie du thé japonais.

Etablie en Belgique depuis 1980, Silvia Vainberg poursuit un parcours qui mêle danse, poésie, peinture et dessin.

Elle a publié de nombreux recueils de poésie et est membre de l’Association Royale des Écrivains et Artistes de Wallonie/Bruxelles

Elle a exposé ses peintures et dessins lors d’expositions en solo en Allemagne (Essen), en Belgique ( Amay, Namur, Bruxelles), en Argentine (Buenos Aires), en Espagne (Barcelone)

« Ses compositions se caractérisent à la fois par une grande liberté d’expression et un ancrage profond dans la vie intérieure. Evoluant au sein d’un espace aux trames multiples, sa peinture prend une distance poétique et méditative avec la figuration pour aboutir à cette gestuelle impulsive et néanmoins maîtrisée. Un univers au sein duquel les déambulations chromatiques côtoient des zones plus nébuleuses d’une surprenante profondeur.

Les tableaux de Silvia Vainberg apparaissent comme autant de moments privilégiés d’un cheminement intérieur qui s’inscrit dans l’espace de la toile à travers une palette riche de nuances et de contrastes et qui offre au spectateur un monde de perspectives.

Dans un registre plus linéaire, ses dessins portent eux aussi l’empreinte d’une énergie vitale à travers ce que l’artiste nomme volontiers ses calligraphies de l’esprit. »  Didier PATERNOSTER (H.A.A.).

Marie-Cécile CLAUSE,  l’invitée

Artiste Sérigraphe-Graveur  

Chimay, Belgique 1955

L’artiste présente des gravures (monotype) et des livres d’artiste.

Marie-Cécile a toujours aimé le papier, le dessin, le graphisme, très vite attirée par l’impression et le multiple, elle s’initiera aux différentes « graphies ». D’abord élève de Georges Vercheval en photographie argentique, puis de Matsutani et Eric Loyens, en sérigraphie, et de Gustave Marchoul en gravure et lithographie, elle s’initiera aussi à  l’image numérique …

Dans son travail l’artiste cherche à aller à l’essentiel des formes et de l’idée, à magnifier le rythme et l’espace, les vides et les pleins, à saisir la lumière et l’instant, à capter l’image, la morceler, aller au-delà de la première vision, la fixer, la synthétiser, la multiplier, la faire vibrer. 

Professeur d'art plastiques et de sérigraphie jusqu'il y a peu, elle transmet toujours sa passion des arts et n’a de cesse de compléter sa formation. 

Elle fréquente assidument l'Atelier du Livre du Musée Royal de Mariemont, les ateliers de sérigraphie, de gravure et de dessin de l’académie des beaux-arts de Charleroi et de bijouterie de l’académie des beaux-arts de Châtelet. 

Aujourd’hui, elle se partage entre la Belgique et son Auvergne d’adoption, elle grave de petites plaques, insole de grands cadres, imprime et superpose le tout sur du papier, du tissu…  Puis elle colle, plie, découpe, coud, assemble, relie, soude… et réalise de délicats livres d’artiste.  L’artiste est en constante recherche, les thèmes, techniques et formats différents en témoignent…. Sa devise : « Ce sont les contraintes qui nous font avancer. » Elle se les impose, en joue, les dépasse, les transcende.

D’abord photographe, puis sérigraphe, elle est entrée dans le noir de la gravure par hasard, elle y a gouté, n’a pas aimé, s'est alors mise en retrait pour mieux sauter dedans quelques années plus tard.

Depuis, elle joue et mélange le tout, capture l’image, la photo, la transforme, l’insole, la grave, la tranche, la retranche, l’agrandi, la recadre jusqu’à en être satisfaite pour enfin l’imprimer, la multiplier.

Son travail, tout en sensibilité, nous emmène dans un univers épuré, poétique, délicat.

 

Posté par josehubert à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2021

La GALERIE EST OUVERTE LE WEEK-END (contact 0032 496 952 413)

Panneau-de-chantier-temporaire-ak5-travaux-delta-g

 

PAS de panique !

La rue de la Galerie des Collines est actuellement barrée pour travaux. Les riverains et visiteurs de la galerie peuvent passer. Pour la galerie, ne pas oublier le parking à la rue des Carrières de l’autre côté de la maison qui se situe à droite, à mi-côte.

Grand merci de continuer à nous soutenir en visitant nos expos préparées avec soin.

Posté par josehubert à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2021

VERNISSAGE LE 25 septembre : ESPACE et RECONNEXION, Pascal RUCCI, Jean-Yves STAFFE.

A la GALERIE DES COLLINES , 79 rue du Moulin 5680 VAUCELLES (DOISCHE).

A partir du 25 septembre 2021 (vernissage) : Pascal RUCCI et Jean-Yves STAFFE.

(les samedis et dimanches de 14 à 17 h et sur RDV, jusqu’au 14 novembre)

http://www.galeriedescollineshubert.com/       hubertjose2004@yahoo.fr

ESPACE et RECONNEXION

Pascal RUCCI, Jean-Yves STAFFE

IMG_2711 (2)

17aIMG_2563 (2)

IMG_2718 (2)

IMG_2642 (2)

IMG_2659 (2)

 

Rucci SYNAPS 37 cm100 100

 A Staffe 'Territoires 004' - huile sur toile - 80 x 100 cm

Jean-Yves Staffe - installation 'Hommage aux Hopis 04' (élément en verre de 45 x 10 x 7 cm)

Pascal RUCCI

L’artiste présente des peintures de sa série inédite « SYNAPS ».

SYNAPS, en tant qu’espace inter neural, représente l’abstraction même de la connexion entre les cellules du cerveau où se créent la réalité, le renouveau, l’imaginaire et le sens. Par déclinaison, la série SYNAPS définit un concept dont l’épicentre est la rencontre entre gens et dont la peinture en devient le média.

Cette peinture abstraite, à l’acrylique, est composée de mouvements naturels et d’alliage de couleurs vives mais équilibrées crée elle-même un espace projectif où chacun apporte un sens nouveau à l’œuvre, suscite l’idée et la rencontre. SYNAPS est donc aussi par extension l’idée d’une reconnexion entre les gens et d’un retour vers un besoin fondamental chez l’homme : créer du sens mais dans l’idée d’échange, de confrontation et de partage.

Jean-Yves STAFFE

L’artiste présente des peintures de ses séries : « territoire, zone, secteur et région» et des pièces en verre.

Avec ses séries territoire, zone, secteur et région,  il nous invite à pénétrer dans un univers constitué de tissages et métissages où des ombres secrètes traversent le maillage comme une présence lointaine, fugitive.  A capter précisément où l’aura du passé soudain refait surface. 

L’intensité de la couleur à l’huile et la densité des traits constituent sur la toile des réseaux d’exploration très vastes.  Sur papier peint à l’acrylique, la relation tranchée entre la couleur et la luminosité confère à l’œuvre un côté vitrail qui incite l’œil à sortir de sa caverne (Claude Thoirain).

L’ensemble de l’exposition des deux artistes est infiltré par des pièces créées par Jean-Yves Staffe en verre ultra pur, transparent, utilisé en biotechnologie et en optique. Elles sont striées de fines marques colorées qui les transforment en totem (Claude Thoirain).  Elles invitent,à être dardées en profondeur au-delà de  la présence « à première vue » . Des pièces, qui telles des lunettes élargissent le regard sur un réseau mystérieux et son environnement.

En guise d’ouverture plus que de synthèse

Les artistes proposent la découverte de deux univers différents ; toutefois, ne sont-ils pas complémentaires ? Ils les revendiquent en les nommant et proposent donc une rencontre entre ceux-ci et celui, singulier, que le regardeur prendra le temps de projeter sur les œuvres présentées à son regard plus qu’à sa « simple » vue. De cette action conduisant à une rencontre, naît éventuellement un phénomène coloré d’une émotion particulière… le visiteur est « embarqué »…  éveillé, il a la possibilité de s’évader, de rêver.

Pascal Rucci nous invite à découvrir différentes compositions numérotées de sa série « SYNAPS ». Jean-Yves Staffe propose certaines peintures des séries « zone», « secteur », « région », « territoire ».

Dans sa peinture, Pascal Rucci utile le mouvement total, à la fois guidé et libéré, il est au cœur de l’action. SYNAPS représente un espace d’interactions, de reconnexions à partir de rencontres dont le média est la peinture.

« Dévisager » ces rencontres, donne l’occasion de projeter des intentions en scrutant autour de celles-ci  ce qu’il en est de notre espace intérieur et de ses connections avec ceux d’autres personnes et de l’environnement. Ne s’agit-il pas de donner du sens à notre présence au monde ?

Et c’est là que Jean-Yves Staffe intervient en nous faisant passer de zones en territoires. Le geste de l’artiste se fait plus lent, plus structuré, analytiquement parlant.  En proposant ses déclinaisons d’espaces extérieurs,  plus encore grâce à ses peintures sur papier à l’apparence de vitraux et ses structures en verre, il offre une opportunité pour qu’un regard pénétrant entre dans l’en-deçà ou l’au-delà de la représentation de nos environnements structurés.

A chaque visiteur, prenant le temps en regardeur patient, d’explorer les notions de consistance, de matière, de transparence, de connexion, d’intersection, d’interdépendance, d’espace de transmission, de proximité, de propagation aussi…

Les trois types de représentations proposés (série SYNAPS, espaces structurés, compositions en verre) ont été élaborés à partir de rencontres, de perceptions, puis de mises en relation par contact dans le lieu d’élaboration qu’est le cerveau des deux protagonistes, pour enfin, s’exprimer dans un espace de construction grâce à des mouvements qui semblent plus lents et maîtrisés consciemment pour l’un, plus rapides, plus naturel, plus inconscient sans doute pour l’autre, le tout dirigé de façon singulière.

Chacun pourra y envisager peut-être un fond de ressemblance ou du moins de cohérence, touchant à l’humanité, en tant que nature exprimée diversement de façon volontaire, automatique, spontanée, avec une dose de conscient et  d’inconscient, voire approchant la notion d’universalité de façon plus large et mystérieuse.

RUCCI SYNAPS (1)

Pascal Rucci, SYNAPS 35, acrylique sur toile, 80 x 80 cm.

 

Rucci SYNAPS 37 cm100 100

Pascal Rucci, SYNAPS 37, acrylique sur toile, 100 x 100 cm.

IMG_1490 (3)

Jean-Yves Staffe zone 011, acrylique sur papier, 21 x 30 cm.

A Staffe 'Territoires 004' - huile sur toile - 80 x 100 cm

Jean-Yves Staffe territoire 004 huile sur toile, 80 x 100 cm.

Jean-Yves Staffe - installation 'Hommage aux Hopis 04' (élément en verre de 45 x 10 x 7 cm)

 

Et des pièces créées par Jean-Yves Staffe en verre ultra pur, transparent, utilisé en biotechnologie et en optique.

 

Posté par josehubert à 17:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]