L'exposition est prolongée du 06 au 18 juin uniquement sur rendez-vous: 00 32 496 952 413.

Le prochain week-end ( 04 et 05 juin ) ouverture habituelle le samedi et le dimanche de 14 à 17 h.

LE DIMANCHE 19 juin : FINISSAGE - verre de l'amitié - entrée libre et gratuite de 11 h. à 12 h. et de 14 h. à 17 h. Possibilité de se restaurer à la CAUSERIE des LILAS à HIERGES (1,5 km de la galerie) le midi ou en soirée, uniquement sur rendez-vous, avec la réduction galerie de 10 % : 0033 324411051.

P10706182Exposition de gravures, peintures, sculptures : « Féminin – Masculin », part one.

Rencontre et dialogue : Laure-Anne DELAEY, Luc ETIENNE.

Du 23 avril au 05 juin (samedi et dimanche de 14 h à 17 h et sur RDV)    http://www.galeriedescollineshubert.com/

Quand la Galerie des Collines amène à se rencontrer deux artistes discrets : Luc Etienne, formé aux arts plastiques, un graveur sur bois depuis plus de 35 ans, et Laure-Anne Delaey, une spécialiste en l’histoire de l’art et archéologie, devenue patiemment une artiste polyvalente, un dialogue s'installe !

Une femme, un homme, « du féminin », « du masculin » ! Deux mondes se frottent, se cognent, finissent par se caresser : c'est la rencontre du féminin et du masculin, parfois là où on ne l'attendait pas nécessairement.

D’un côté, les expressions graphiques, texturées, aux clair-obscur appuyés, picturales aux épidermes taillés de l’intérieur… du figuratif expressif jusqu’aux frontières de l’abstraction de Laure-Anne DELAEY, de l’autre, « le langage plastique tout en finesse de Luc Etienne basé sur les jeux de matériaux, la trame du bois, la texture du papier, le rythmes des verticales et des horizontales ».

Une femme, artiste, un homme, artiste : une part de masculin dans le féminin, une part de féminin dans le masculin.

6cc monotyp (2)

P107060822Laure-Anne DELAEY pratique la céramique, le dessin et la peinture depuis une trentaine d’années. C’est durant ses études d’Histoire de l’Art et d’Archéologie qu’elle s’est initiée à ces trois disciplines en cours du soir à l’académie des Beaux-Arts à Bruxelles, voulant à la fois connaître la théorie et la pratique artistique.

Arrivée à Beauraing en 1988, elle a affiné cette formation. Depuis lors elle enseigne dans le cadre de l’ASBL Regard qu’elle dirige, avec le soutien et la reconnaissance de la Région Wallonne.

En parallèle, un travail personnel a vu le jour au fil des années. Travail parsemé de multiples expériences et techniques, tant dans le domaine de la terre (grès, raku, porcelaine, modelage, tournage…) ou du bronze, que dans celui des arts graphique et pictural (fusain/pastel/acrylique/huile/ monotypes à l’encre…).

Deux leitmotivs se dégagent de sa démarche artistique :

-          le corps dans ses expressions les plus diverses (graphiques, texturées, aux clair-obscur appuyés, picturales aux épidermes taillés de l’intérieur…) du figuratif expressif jusqu’aux frontières de l’abstraction.

-          et, l’évocation de paysages composés fortissimo au départ de la musique et de la technique du monotype, déclinés en petits et moyens formats.

Son aventure continue. Ses compositions récentes le démontrent :  le corps comme paysage, l’horizon comme flux vibratoire et rythme cardiaque lumineux, polychrome… à l’unisson de la vie.

 P10705432

P1070545

 

Luc ETIENNE a terminé des études d’arts plastiques à l’Ecole Normale Supérieure de l’Etat et à l’Académie des Beaux-Arts de Mons.  

Cet artiste discret est graveur sur bois depuis plus de 35 ans. Sa rencontre avec l’artiste polyvalent Gabriel BELGEONNE fut déterminante.

Il a notamment exposé au Musée Félicien ROPS à Namur et est présent actuellement au Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée à La Louvière dans le cadre de l’exposition consacrée aux Editions TANDEM. Sa réputation dans le milieu de la gravure a largement dépassé nos frontières avec de nombreuses participations à des manifestations internationales.

Et quelle évolution depuis 1980 et « ses gravures qui évoquaient de manière insistante le pied, la chaussure, leurs empreintes » ! Au début des années 90, l’épuration l’emporte avec « le recours à un langage plastique basé sur les jeux de matériaux, la trame du bois, la texture du papier, le rythmes des verticales et des horizontales ». Tout un univers singulier dont des spécialistes ont dit qu’il rappelait MONDRIAN et certains peintres du mouvement.

Mais Luc ETIENNE va plus loin : il conduit le regardeur qui se laisse prendre au jeu de ses compositions pleines de finesse et de douceur dans une sorte de transcendance. L’absence de références à la réalité objective admise communément, l’ordre et la rigueur conduisent au silence, à une sorte de sérénité sans contraintes coulant de source. Son approche singulière du réel s’inscrit dans « la mouvance construite », dénomination plus ouverte que la notion d’abstraction pure. Ce solitaire nous propose de l’accompagner dans son univers libéré de tout artifice figuratif.

Note : en italique, texte issu du catalogue du Musée Rops, 19/03/2005, L. WUIDAR.