Prochaines expositions : 
Derrière les masques, Alice Gérin 24/03 - 28/04
L'attrait de la matière, Francis Vloebergs 11/05 - 23/06
Actuellement :
 
« ENTRE DEUX RIVES"
 
Marc HUBERT
le samedi 16 février de 17 h. 30 à 20 h. 17/02 de 14 à 17 h. Les week-ends suivants sur rdv.
 
Présentation de l'artiste entre 18 h. et 18h. 15 et tirage au sort d'une œuvre pour les membres de l'ASBL
 
GALERIE des COLLINES
en collaboration avec l'ASBL La Joncquière
 
79 rue du Moulin – 5680 Vaucelles (Doische, Hierges, Givet)
00 32 496 952 413 hubertjose2004@yahoo.fr
http://www.galeriedescollineshubert.com
Pour celles et ceux qui le désirent, il sera possible de se restaurer à la Causerie des Lilas à Hierges
Cliquer sur :  MARC_HUBERT_Affiche

Tantôt seul, tantôt accompagné de mille autres, tantôt confronté à son double, le passant arpente les formes et les couleurs d’un univers si personnel que celui qui regarde se demande en quelle zone privilégiée de l’imaginaire figure ce monde médité, intense et presque magique. Et l’on se plaît à accompagner la marche de cette silhouette dont la fascination étrange et la présence inéluctable invitent à profiter de l’immense plaisir de vivre dans les espaces de l’art et de la création. Tantôt bourrasques de couleurs libres, tantôt constructions de géomètres sévères, les lieux de déambulation se devinent multiples et prometteurs de rencontres incisives et fertiles. Devenu passant lui aussi, le regardeur s’éprend de ce monde puissant qu’il veille à ne quitter que pour y revenir sans cesse.                                                                                                                                                          Pierre-Jean Foulon

Marc 27994073_10215583588452141_1567540065_n (2)

 

Marc P1190278

MARC 45776051_2419397391408461_809427539444367360_n (2)

P20a

 

Marc HUBERT est né à Charleroi en 1975.  Il a effectué ses études artistiques à l’Ecole de Recherche Graphique de Bruxelles. Il a exposé à Charleroi : au CEME (2005), à la Maison du Hainaut (2012) et dans diverses galeries notamment dans le sud de la France (Marseille, Aix-en-Provence…). Il est présent dans la collection du Musée des Beaux-Arts de Charleroi avec une dizaine de sérigraphies consacrées à ses racines ancrées dans le Pays Noir.

Expositions à Charleroi (CEME, 2005, 2007 ; Gazo, 2011, Maison du Hainaut, 2012) à Mons - Barreau, 2011 ; Bruxelles, 2011 ; La Louvière, performance avec son atelier de gravure et d’impression ambulant au Centre de la Gravure et de l’Image Imprimée, 2011 ; Vaucelles, Galerie des Collines, 2013 ; Thuin, Galerie Ephémère, 2016 ; Couvin, Maison du tourisme, 2017 ; Charleroi, Centrale Art Gallery, 2018 et dans le sud de la France dans différentes galeries (Salon de Provence, 2010 ; Marseille, Martigues, Aix en Provence…).

Après avoir travaillé le champ perceptif au niveau de sa mutation et avoir opéré sans écart, à même le plasma visuel, qu'il entend comme une matière techniquement modifiable, à souhait, Marc HUBERT présente des peintures abstraites mêlant lyrisme et construction géométrique ainsi que ses piétons, certains imprimés à la pointe bic et d'autres peints à l'acrylique sur toile.

Les compositions « matiéristes » n’ont comme finalité que de laisser le spectateur seul face à l’impression que lui transmet la peinture. Une peinture pour la contemplation d’elle-même cherchant à montrer ce qu’elle pourrait être sans que l’homme projette ses névroses, ses dieux, ses pensées, ses refus, ses questions.

Et à propos du Piéton :

Le piéton de Marc Hubert est une icône contemporaine. (…) : un passage, un pont entre deux rives, entre deux temps…

Nul ne sait ce qu’il sera demain, mais il s'affirme, ne se laisse pas réduire : innocent, anodin, absolu. 

Il est pure résilience. Jean-Philippe Goffaux, novembre 2018.


Marc HUBERT was born in Charleroi in 1975. He did his artistic studies at the Graphic Research School of Brussels. He has exhibited in Charleroi: CEME (2005), the House of Hainaut (2012) and various galleries including the south of France (Marseille, Aix-en-Provence ...). It is present in the collection of the Charleroi Museum of Fine Arts with a dozen serigraphs dedicated to its roots anchored in the Black Country.

After having worked on the perceptual field at the level of its mutation and having operated without deviation, from the visual plasma, which he hears as a technically modifiable material, Marc HUBERT presents abstract paintings mixing lyricism and geometric construction as well as his pedestrians, some printed with a printer using the point bic and others painted with acrylic on canvas.

The compositions "matieristes" have as an end only to leave the spectator alone vis-a-vis the impression that the painting transmits to him. A painting for contemplation of herself seeking to show what she could be without man projecting his neuroses, his gods, his thoughts, his refusals, his questions.

And about Pedestrian: Marc Hubert's pedestrian is a contemporary icon. (...): a passage, a bridge between two banks, between two times ... No one knows what it will be tomorrow, but it asserts itself, does not allow itself to be reduced: innocent, harmless, absolute. He is pure resilience. Jean-Philippe Goffaux, November 2018.

Marc HUBERT werd geboren in Charleroi in 1975. Hij deed zijn artistieke studies aan de Graphic Research School van Brussel. Hij exposeerde in Charleroi: CEME (2005), het Huis van Hainaut (2012) en verschillende galeries waaronder het zuiden van Frankrijk (Marseille, Aix-en-Provence ...). Het is aanwezig in de collectie van het Museum voor Schone Kunsten van Charleroi met een tiental zeefdrukken gewijd aan de wortels verankerd in het Zwarte Land.

Na het werken de perceptuele veld bij de mutatie en het werken zonder afwijking, van het plasmascherm, hoort hij als technisch gemodificeerd materiaal verlangen, Marc HUBERT presenteert abstracte schilderijen combineren lyriek en geometrische constructie en haar voetgangers, sommige afgedrukt met een printer met het punt bic en anderen beschilderd met acryl op canvas.

De composities "matieristes" hebben als doel de toeschouwer alleen te laten tegenover de indruk die het schilderij op hem overbrengt. Een schilderij om zichzelf te overdenken en te laten zien wat ze zou kunnen zijn zonder de mens die zijn neurosen projecteert, zijn goden, zijn gedachten, zijn weigeringen, zijn vragen.

En over voetgangers:

De voetganger van Marc Hubert is een eigentijds icoon. (...): een passage, een brug tussen twee banken, tussen twee keer ...Niemand weet wat het morgen zal zijn, maar het stelt zichzelf, laat zichzelf niet verkleinen: onschuldig, onschadelijk, absoluut.Hij is pure veerkracht. Jean-Philippe Goffaux, november 2018.